Les actus VPN

Rétrospective sur le marché de l'occasion en 2019

le 19/02/2020

2019 a été un bon cru pour le marché de l'automobile d'occasion !


Selon AutoPlus les immatriculations de voitures d’occasion ont augmenté de 3,4% par rapport à 2018. Le ratio s’élève à 2,61 occasions contre 1 neuve. Au total ce ne sont pas moins de 5,79 millions d’unités qui ont été immatriculées, un record depuis 2017, notons au passage que les ventes de VO ne sont jamais passées en dessous de la barre des 5,5 millions d’unités depuis 2014.


Plus en détail, avec une croissance de 7,7%, ce sont les VO de moins de 5 ans qui poussent principalement le marché. Plus précisément, les VO de 2 à 4 ans ont connu une croissance de 11,4% pour représenter un volume de 795 854 unités.


Tous les indicateurs sont au vert pour les véhicules d’occasion très récents : les produits agés de 1 à 2 ans ont connu une croissance de 6,4% (437 878 unités vendues) à peu près similaire à celle des VO de moins d’un an (6% de croissance)


Ils occupent ainsi 24% des transactions. Cela s’explique aussi par une augmentation des contrats de types LOA/LLD plus en phase avec les attentes des acheteurs, surtout jeunes.


Cela dit les produits âgés de plus cinq ans représentent toujours 62,5% des transactions avec un recul progressif depuis ces dernières années, poussé par l’instauration de la prime à la conversion.


Le Diesel quant à lui, continue de convaincre malgré la croisade engagée par le gouvernement contre cette motorisation. En effet il occupe 60,7% des transactions en termes d’énergie avec un recul mesuré de seulement -2 points par rapport à 2018. Ce recul modéré s’explique en partie par un tassement des prix de la part des distributeurs en réponse à une baisse initiale de la demande en diesel, ce qui a eu pour effet de ralentir cette diminution. Autre point, certaines motorisations essence, surtout concernant les SUV ne se sont pas révélées aussi économiques que prévues, incitant une part des automobiles à retourner vers le diesel, moins cher à l’achat et à l’usage malgré la fiscalité menaçante qui gravite autour.


Pour l’instant, l’objectif de dépollution du parc automobile Français lancé par le gouvernement n’a pas tout à fait les effets escomptés. Les Français apprécient toujours autant le VO âgé et le diesel, bons marchés, seule alternative pour les foyers dépendants de leurs véhicules qui n’ont pas les moyens ou l’envie de s’offrir un véhicule plus onéreux.


Concernant les transactions Essence, le volume croît de 8,5% pour atteindre une part de marché de 37,2%, la progression se poursuit, pour calquer avec un léger décalage l’évolution du marché des véhicules neufs. L’accroissement devrait de toute façon se confirmer dans les années à venir avec l’interdiction généralisée du diesel en grandes agglomérations.


S’agissant des modèles les plus vendus en VO, c’est toujours la Clio qui domine avec 390 995 unités vendues au cours de l’année. Toutefois, selon AutoScout24, la plus forte progression du classement concerne la Dacia Sandero avec +29.6%


Avec l’instauration du malus écologique, le marché du neuf a reculé de 13,4% au mois de janvier, tandis qu’il s’était artificiellement envolé en décembre dernier, les distributeurs immatriculant en catastrophe leurs véhicules neufs invendus pour échapper au malus.


 

Quelles perspectives pour 2020 ?


Il semblerait que 2020 soit d’ores et déjà une bonne année pour le véhicule d’occasion. Selon le Journal de l’Auto, sur le mois de janvier, les immatriculations de VO ont fait un bond de 12,7% par rapport à 2019.


Il s’est vendu 3,7 fois plus de VO que de VN sur le simple mois de Janvier.


Le durcissement du malus écologique risque bien d’accentuer la tendance et d’inviter les particuliers à se tourner vers le véhicule d’occasion récent. Une autre tendance à noter est le désintéressement de la part des consommateurs à la notion de propriété, le véhicule est de plus en plus perçu comme un passif assez lourd, et c’est là que les LOA et LLD interviennent : vous ne payez que ce que vous utilisez en somme, ce qui se révèle plus intéressant économiquement. En plus de cela, la location permet de ne pas avoir à supporter la décote et évite d’avoir à vendre le véhicule à l’issue.  Ce type de contrat proposé par bon nombre de distributeurs de VO récents risque aussi de miner un peu plus les ambitions du véhicule neuf même si dernier reprendra bien des couleurs au cours de l’année.


Sources : Caradisiac, AutoPlus, l’Argus, AutoScout24, Journalauto

services en ligne

Dés à présent, vous pouvez :

  • -Réserver votre véhicule
  • -Personnaliser votre proposition client
  • -Effectuer un avis de recherche
› en savoir plus

Ma sélection

Voir la selection Vider la liste